Alexandre Tran

 

Né en octobre 1990, la littérature est arrivée tardivement chez moi.

 

La philosophie dans les veines (quand elle n’est pas trop conceptuelle !), j’ai d’abord foulé les pavés de la Sorbonne pendant quelques années, avant de me rendre compte que ce que j’aimais dans la philosophie, c’était sa poésie.

C’est à vingt ans, en découvrant Dostoïevski puis quelques pépites-auteurs américaines (Kerouac, Burroughs, Miller, Bukowski), que j’ai sauté le pas : abandon de la philosophie une bonne fois pour toute, fatigué de la rigidité qui régnait au sein de la fac. Plus de temps pour lire et m’enivrer du style et de l’énergie de ces écrivains.

En parallèle, je commence à laver des verres et des couverts dans un restaurant. Début de ma passion pour la gastronomie, et surtout pour le vin. Elle dure cinq ans. Serveur, directeur, sommelier dans un restaurant étoilé… pour finalement encore une fois changer, et tirer une croix sur ce métier de dingue. Je travaille maintenant uniquement pour ma passion, à mon rythme, dans une cave à vin nature sur l’Ile-Saint-Louis.


Enfin du temps ! Et ainsi, du temps pour écrire mon premier roman dont trois extraits sont aujourd’hui publiés dans Le Cafard hérétique.